Séquestration en Isère: l'auteur présumé accusé de viol par une autre femme

Publié le par bout de chou

L'homme de 68 ans, soupçonné d'avoir séquestré et violé une femme de 24 ans pendant plus d'un mois en Isère, est accusé de viols par une autre victime, qui a déposé plainte, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Photographe : Jean-Pierre Clatot AFP :: Photo prise le 9 octobre 2009 à Rovon de la maison dans laquelle un homme aurait enlevé et séquestré une femme de 24 ans pendant plus d'un mois.

Agée de 36 ans, cette femme, qui a eu une relation de plusieurs mois en 2007 avec cet homme, l'accuse de lui avoir alors imposé des relations sexuelles.

Après avoir déposé une main courante en mai 2007, elle a officiellement déposé plainte contre lui à Grenoble le 6 octobre, après la médiatisation de la séquestration dont l'accuse la première victime, hospitalisée.

Cette femme de 24 ans, d'origine malgache, a raconté être parvenue lundi à s'échapper du domicile de cet homme à Rovon (Isère), qu'elle accuse de l'avoir séquestrée et violée pendant plus d'un mois.

Devant le juge, son agresseur présumé, mis en examen et écroué pour viols, séquestration et enlèvement, a démenti les accusations, reconnaissant simplement avoir "hébergé et eu des relations sexuelles consenties" avec cette femme qu'il a présentée comme sa "petite amie".

Ce retraité harki s'est toutefois montré "très peu bavard" et n'a "pas donné" davantage "d'explications", a-t-on ajouté.

Les enquêteurs de la section de recherches de Grenoble vont devoir procéder à de nombreuses "vérifications" et "confrontations" entre l'agresseur et sa victime qui, avant les faits, "se connaissaient et se rendaient service".

Des enquêtes de personnalité vont être demandées par la justice, dans le cadre d'une information judiciaire pour "viols, enlèvement et séquestration".

La victime, serveuse dans un restaurant à Saint-Sauveur (Isère) et mère de deux enfants, affirme "avoir été contrainte de rester dans la maison de son agresseur, d'avoir été au début attachée ou enfermée dans une chambre quand il quittait la maison et d'avoir subi des rapports sexuels non consentis".

Fin août, l'homme était parvenu à l'emmener dans son véhicule jusqu'à son domicile, où il l'a privée de son téléphone portable.

Sa disparition avait fait l'objet d'un appel à témoins pour "disparition inquiétante".

Par la suite, "une espèce de vie quotidienne sous la contrainte" s'est instaurée entre l'homme et la femme, qui a notamment assuré aux enquêteurs avoir été "bien nourrie".

A Rovon, un petit village à une quarantaine de kilomètres au sud de Grenoble, les habitants ne se sont aperçus de rien et ont décrit un homme menant "une vie plutôt discrète et solitaire".

Publié dans informations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chue 11/10/2009 19:21


non j'ai pas vu mais ca fait trois jours que je n'ai pas regardé les info


bout de chou 11/10/2009 20:53



UN VRAI CARNAGE
REGARDE UN PEU SUR LE NET
UNE TUERIE



Chue 10/10/2009 18:16


pfff c'est fou ca deux affaires de viol en quelques semaines ... les gens sont fou
bon we bisous


bout de chou 11/10/2009 17:24



mouaih
et tu as vu le massacre au raincy!!



jamie 10/10/2009 10:23


plein de bisous pour toi!!!!!!!!!
auj on va dans ton coin voir la foire o loisirs créatifs!!!!!


bout de chou 10/10/2009 14:26



ou ca exactement?



alain 10/10/2009 09:36


oui j'ai vu à la télé, c'est atroce ses gas là il faudrait les exécutés sur le champs


bout de chou 10/10/2009 14:27



ben oui
la peine de mort n etait pas toujours mauvaise