Mesure de la tension oculaire

Publié le par bout de chou

 

Qu'est-ce que la tension oculaire ?

 

Pression ou tension intraoculaires sont des synonymes. S'il ne régnait aucune pression à l'intérieur des yeux, ils n'auraient aucune consistance. Il suffirait d'appuyer légèrement dessus pour les déformer et les aplatir… Ce n'est bien sûr pas le cas ! L'œil est en grande partie rempli de liquide, ce qui lui donne sa consistance et conditionne sa tension. L'humeur aqueuse est située devant le cristallin, et en arrière on trouve le vitré, qui est une sorte de gel. La transparence du vitré permet aux rayons lumineux de passer du cristallin à la rétine qui reçoit les images. La tension oculaire s'exprime en millimètres de mercure : mmHg. C'est une unité de mesure de pression au même titre que le sont les bars, utilisés pour quantifier la pression atmosphérique. Un millibar équivaut à 3/4 de millimètre de mercure (le mercure est utilisé pour fabriquer les baromètres). En moyenne, on considère normale une tension oculaire comprise entre 10 et 21 mmHg. En fait, d'une personne à l'autre, les chiffres normaux peuvent varier. C'est le rôle de l'ophtalmologiste de déterminer quel chiffre peut être considéré comme normal chez chacun de ses patients. Chez chacun d'entre nous, le chiffre de tension oculaire varie en fonction du moment de la journée : il n'est pas constant.

 

Tension oculaire et tension artérielle : est-ce la même chose ?

 

C'est une question fréquente. En fait, ces deux tensions n'ont rien à voir l'une avec l'autre. En voici la comparaison : Quand on dit "j'ai 13/8 de tension", on parle de la pression artérielle mesurée en général à l'un des deux bras. Le chiffre treize correspond à la pression sanguine maximale qui régnait dans les vaisseaux du bras au moment de la mesure. Il s'agit en fait de 130 millimètres de mercure. De même le huit, correspond aux 80 mmHg, pression minimum mesurée. Si cette personne a une tension oculaire de 13 mmHg, on voit que sa tension artérielle est 10 fois supérieure. La tension artérielle est la pression du sang dans les vaisseaux, et la tension oculaire celle des liquides que contient l'œil.

 

Plusieurs méthodes de mesure de la tension oculaire

La mesure de la tension oculaire est indolore. Elle dure quelques secondes et se fait avec un appareil automatique ou manuellement.

  • La méthode manuelle de mesure de la tension oculaire est très précise. Le patient ne doit donc ni cligner des paupières ni bouger pendant la mesure. On instille d'abord une goutte de collyre d'anesthésie puis une goutte de collyre fluorescent dans chaque œil. Certains collyres piquent les yeux et font pleurer pendant quelques secondes. Avec un éclairage de couleur bleue on applique sur la surface de l'œil un petit dispositif en plastique de forme conique. La mesure se lit sur un appareil incorporé au biomicroscope. Pendant la mesure, il faut lutter contre le réflexe de reculer la tête. Mais avec une bonne mise en confiance, on peut même prendre la tension aux enfants dès 3 ou 4 ans. Pour éviter la transmission de maladies entre deux personnes, les instruments qui ont été en contact avec des yeux sont désinfectés après chaque patient. Il existe des règles à suivre pour la désinfection. On dispose même de petits préservatifs à usage unique dont on peut recouvrir le cône avec lequel on prend la tension, avant de l'utiliser.
  • Pour mesurer la tension oculaire, les appareils automatiques envoient un petit jet d'air sur l'œil. Cela surprend souvent le patient, même s'il est prévenu. L'avantage est qu'il n'est pas utile d'instiller des collyres avant la mesure, et qu'il n'y a pas de contact entre l'œil et l'appareil. Chez les personnes qui ont du mal à ne pas bouger, cette méthode peut être plus facile que la méthode manuelle. Les appareils sont de plus en plus sophistiqués et donc de plus en plus fiables. Mais quand le médecin a un doute, il vérifie le résultat par la méthode manuelle. D'autres méthodes sont utilisées plus rarement, par exemple lorsqu'il faut prendre la tension oculaire chez un patient au bloc opératoire ou chez un petit enfant.

 

Courbe de tension oculaire

 

Comme on sait que la tension oculaire d'une même personne est variable au cours de la journée, il arrive que le médecin demande une courbe de tension. Elle peut se pratiquer lors d'une courte hospitalisation de 24 heures au cours de laquelle la tension est mesurée régulièrement, par exemple toutes les deux heures. On constate ainsi parfois qu'à certaines heures la tension est trop élevée.

 

d'après e-sante:   http://www.e-sante.fr/mesure-tension-oculaire/guide/911

Publié dans santé

Commenter cet article