Histoire d'une trilogie multimédia... par Eric Vienot, créateur de l'Oncle Ernest

Publié le par bout de chou

coucou

 

 

Histoire d'une trilogie multimédia... par Eric Vienot, créateur de l'Oncle Ernest

 

« L'Ile mystérieuse » vient de paraître achevant ainsi le cycle de l'oncle Ernest : le secret vous appartient !

 

 

 
.
Z. : L'Album Secret, Le Fabuleux Voyage, L'Ile mystérieuse... Dès le départ vous pensiez à la suite, ou c'est le succès de l'Album vous y a conduit ?
L'idée d’une suite est apparue dès la sortie de L’Album secret quand on a perçu l’engouement du public en France et dans le monde (il a été traduit en 15 langues). J’ai commencé ainsi à travailler sur Le Fabuleux Voyage en pensant à une trilogie qui relierait l’ensemble.


Z. : Comment vous est venue l'idée de l'oncle Ernest ?
D'abord il y a eu l'idée d'un album retrouvé dans un grenier. Il a fallu ensuite imaginer à qui avait bien pu appartenir cet objet rempli de souvenirs. Son créateur devait être un personnage attachant. J'ai pensé à un homme suffisamment âgé pour avoir vécu plein d’aventures mais qui aurait conservé une âme d'enfant. Je voulais lui donner un côté bourru pour rompre avec la plupart des héros du multimédia pour enfants souvent très convenus. La figure du vieil oncle farfelu, mi-inventeur, mi-voyageur, s'est vite imposée, un mélange entre le capitaine Haddock et Tournesol. J'avais dans ma
famille un grand oncle aventurier qui s'appelait Victor et qui a sans doute inspiré le personnage.

Z. : Dans la trilogie, la fiction et l'imagination ne sont jamais loin de la réalité, tout est crédible. Certains ont même eu la chance de toucher le vrai album ! On voudrait qu'un Tour Operator mette le fabuleux voyage à son programme... et on partirait bien immédiatement autour du monde pour trouver l'île mystérieuse ! Pourquoi ...

 

 

 

http://www.magicmaman.com/,histoire-d-une-trilogie-multimedia-par-eric-vienot-createur-de-l-oncle-ernest,249,2890.asp

 

 

Publié dans enfant

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article