Conte de Noël 5

Publié le par bout de chou

 

 

Valentine, allongée sur la moquette, écrit dans son cahier. En tirant la langue, elle forme lentement ses lettres sur la page blanche. « Cher Père Noël. J'espère que tu vas bien... »
Mais Valentine n'a que six ans, et la suite est bien difficile à rédiger. Elle arrache soudain la page du cahier et la froisse rageusement.
- Je n'y arriverai jamais toute seule !
Et Valentine, bras croisés, se met à bouder.
C'est alors que son œil noir tombe sur le téléphone mural de l'entrée.
- Si je ne peux pas lui écrire, eh bien, je vais lui téléphoner, dit-elle.
Valentine grimpe sur une chaise, décroche le combiné et pianote sur les touches
- D'abord le 0 - 1, pour avoir le ciel...
Valentine compose ensuite les lettres P/ E / R / E... N/ O/ E / L.
- Oui, j'écoute, dit une grosse voix à l'autre bout du fil.
- Allô, Père Noël, crie joyeusement Valentine, c'est moi !
Il y a un long silence, puis la voix demande :
- Qui est à l'appareil ?
- Ben, c'est Valentine ! C'est toi, Père Noël ?
- Qui demandez-vous ?
« Mais ce n'est pas possible, se dit Valentine, ce vieux est complètement sourd ! »

 


Aussi hurle-t-elle à nouveau dans l'appareil :
- Allô ! Allô ! Je suis bien chez le Père Noël ?
L'homme semble enfin comprendre.
- Ah oui, bien sûr, bien sûr ! Ici le Père Noël ! Mais dis-moi, petite, comment as-tu trouvé mon numéro ?
- C'te blague, répond Valentine, j'ai composé ton nom sur le cadran du téléphone !
L'homme, à l'autre bout du fil, rit de bon cœur.
- Père Noël, j'aimerais une grosse peluche que je pourrais serrer contre moi, la nuit, quand j'ai peur, seule dans mon lit...
- Une peluche? Bien, bien, répond l'homme, amusé. Mais ... tes parents... ?
- J'ai pas de parents, répond Valentine. Ici, c'est un foyer, Les Primevères, tu connais ? J'habite avec plein d'autres enfants, et mon éducatrice s'appelle Barbara.
À l'autre bout du fil, le " Père Noël " reste un moment silencieux.
- T'es toujours là ? demande Valentine, inquiète.
- Oui, oui, mon petit... Je... je note dans mon grand livre ; « Ne pas oublier, au foyer Les Primevères, une grosse peluche pour Valentine.


- Et pour mes copines aussi ! l'interrompt Valentine.
- Pour Valentine... et ses copines, bien sûr ! Au revoir, mon petit.
Valentine repose lentement le combiné. Elle a le cœur qui bat très fort.

- J'ai parlé au Père Noël. Et... le Père Noël m'a parlé... Et il m'a dit...
Machinalement, elle passe plusieurs fois sa langue sur ses lèvres, comme un chaton qui se pourlèche tes babines.
- Ce sera mon secret, murmure Valentine. Je n'en parlerai à personne, pas même à Aurélie, qui est pourtant ma meilleure copine.
Elle compte lentement le nombre de jours qui restent avant Noël :
- Trois, quatre, cinq... Cinq ? Chouette ! Plus qu'une main à attendre, s'écrie-t-elle, ravie.
Au matin du 25 décembre, dans le dortoir des Marmottes, Valentine est la première à ouvrir les yeux.
- Ma peluche ! s'écrie-t-elle, jaillissant comme un diable de sous les couvertures.
Elle court de lit en lit réveiller ses copines.
- Aurélie ! Laïla ! Fatoumata ! Levez-vous ! Le Père Noël est passé !
- Ça va pas la tête ! Il fait encore nuit ! gémit' Aurélie.
- Laisse-nous dormir ! proteste Fatoumata.
- Pour ce qu'ils sont beaux, les cadeaux du foyer, grogne Laïla en replongeant sous les couvertures. Valentine les secoue comme des pruniers :
- Debout ! Debout ! Debout ! J'ai parlé personnellement au Père Noël,
leur apprend Valentine.
- Je ne te croîs pas ! dit Aurélie en sautant de son lit.
- Si, si ! Il a promis une peluche pour nous toutes.
Les petits pieds nus descendent l'escalier quatre à quatre.
En pénétrant dans le grand réfectoire, les fillettes restent figées d'émerveillement.


Au pied du sapin illuminé, un gros chien blanc, ta langue pendante, attend, sagement assis sur son derrière. Accroché à son collier, il a une pancarte sur laquelle est écrit :
« Je m'appelle Pattemouille... Joyeux Noël, les filles ! »
- Whouaf, whouaf, whouaf ! aboie joyeusement l'énorme boute de poils blancs en levant une patte pour les saluer.
- Une peluche pour de vrai !
Valentine et ses copines se précipitent sur le magnifique
chien de berger à poils longs, l'embrassent, l'étouffent
de caresses.
- Joyeux Noël, Pattemouille !

Depuis, au foyer Les Primevères, quand un nouveau, pour faire le malin, déclare avec assurance :
« Eh, vous savez quoi ? Eh ben, le Père Noël, ça n'existe pas ! »
Tous les gosses du foyer éclatent de rire :
- Oh lui, hé ! Sûr qu'il existe ! Même que Valentine, eh ben, elle a son numéro !

http://chez.le.pere.noel.free.fr/contes/pnmadit/pnmadit.html


32174131_p

Publié dans noël

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

créasof, Sophie Bornarel 10/12/2009 09:24


Trop mimi !


bout de chou 13/12/2009 14:57



merciiiiiiiiii