Affaire Grégory : le rapport d'expertise des scellés remis à la justice

Publié le par bout de chou

Le rapport d'expertise des scellés dans l'affaire de l'assassinat du jeune Grégory en 1984, doit être remis aujourd'hui au président de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon Jean-François Pontonnier.

Photographe : Jeff Pachoud AFP/Archives :: Vêtements de Grégory Villemin sous scellée en octobre 2008

L'expertise des scellés a montré la présence de deux traces ADN sur un timbre et une lettre envoyée à la famille le lendemain du meurtre, annonce Le Parisien dans son édition de jeudi. Ces traces d'ADN sont celles d'un homme et d'une femme, révèle le quotidien.

"Le rapport d'expertise des scellés sera remis (ce) jeudi et déposé sur le bureau du président de la chambre de l'instruction" de la cour d'appel de Dijon, a déclaré mercredi à l'AFP Jean-Marie Beney, procureur général de la cour d'appel de Dijon.

Le président Pontonnier aura alors "tout loisir, après en avoir pris connaissance, d'en avertir les différentes parties", a ajouté M. Beney sans autre précision.

La chambre de l'instruction avait désigné le 5 mai dernier le laboratoire lyonnais Biomnis (ex-Mérieux) pour expertiser les scellés du petit Grégory, et en "extraire les éventuelles empreintes génétiques".

Le président Pontonnier avait alors demandé au laboratoire "un rapport préliminaire dès que possible", précisant que les résultats de l'expertise ne seront pas attendus avant "au moins deux mois".

Le 3 décembre 2008, la chambre de l'instruction avait ordonné la réouverture de l'enquête dans l'assassinat du jeune Grégory Villemin, renouant avec l'une des plus grandes énigmes criminelles françaises près d'un quart de siècle après la découverte du corps de l'enfant dans les eaux de la Vologne (Vosges).

L'état de bonne conservation des scellés, les vêtements de l'enfant (anorak, bonnet, survêtement) mais également les cordelettes et les enveloppes des lettres du corbeau, conservés dans les locaux de la cour d'appel, peuvent permettre d'obtenir des résultats, selon les experts.

Grégory, quatre ans, a été retrouvé mort le 16 octobre 1984 pieds et poings liés dans la Vologne. Le lendemain du meurtre, les parents ont reçu une lettre anonyme: "Ton fils est mort. Je me suis vengé".

L'affaire, très médiatisée, avait donné lieu à un véritable feuilleton judiciaire. Jusqu'à ce jour, l'enquête n'a jamais permis de démasquer le ou les coupables.

Publié dans informations

Commenter cet article

Aurélie 29/10/2009 10:25


J'espère vraiment que cette fois cela va aboutir et pas donner de faux espoir en particulier pour la famille. il doit etre difficile de faire son deuil quand on s'ouffre et qu'on a été
suspect...
En attendat bonne journée et très jolie ta page
A.


bout de chou 29/10/2009 13:10



oui
faut pas remuer cette histoire pour rien pour la famille
tu ne veux pas participer a mon jeu?



Elisa 25/10/2009 20:40


oui je participe
bises


bout de chou 26/10/2009 16:13



validee



Elisa 25/10/2009 20:00


triste histoire
j'espère qu'ils vont enfin trouvé le coupable
bises


bout de chou 25/10/2009 20:09



j espere aussi
tu as vu mon jeu????????



muriel 22/10/2009 12:58


je me souviens de l'hisoire, on en avait tellement parlé à l'époque !!!
incroyable qu'on ait encore pas résolu cete affaire !!
bisous..Muriel


bout de chou 22/10/2009 13:00



heureusement surtout que tout est ete superbement conservé
j espere pour les parents que la reouverture du dossier et de leurs blessures sera recompensee
bises