Vol Air France 447 - A Roissy, le silence après le choc

Publié le par bout de chou

Il y a encore trop peu d'éléments" pour analyser l'accident, indiquait, ce lundi soir, Pierre-Henri Gourgeon, le directeur général d'Air France. En attendant l'enquête du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), la communication sur la "disparition" du vol AF-447, entre Rio de Janeiro et Paris, a été gérée dans la difficulté par la compagnie aérienne et les autorités françaises, témoignant d'un certain malaise. Lire la suite l'article

Très vite, Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat chargé des transports, s'est rendu à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle pour rencontrer les familles proches des 216 passagers et des 12 membres d'équipage. Soixante-et-un Français se trouvaient dans l'Airbus, représentant le plus grand nombre de victimes. Trente-et-une autres nationalités étaient représentées à bord, avec notamment 58 Brésiliens et 26 Allemands.

Il aura fallu attendre la conférence de presse de 19 h 15 pour le savoir, tant il a été difficile, pour la compagnie aérienne, de réunir les informations.

Tout l'après-midi, au siège d'Air France, où ont été confinés les journalistes, les communiqués de presse se suivaient et se ressemblaient. Rien ne filtrait. Ni sur les circonstances de l'accident -après avoir évoqué la foudre, la compagnie s'en remet à l'enquête- ni sur ce qui se passait pour les familles arrivées au compte-gouttes à l'aéroport.

La cellule de crise se réunissait à l'étage, pendant que les autorités rencontraient les familles. A 16 heures 30, la presse faisait le pied de grue devant les portes du terminal 2D, avant l'arrivée de Nicolas Sarkozy.

Le chef de l'Etat et son ministre Jean-Louis Borloo se sont discrètement rendus au poste de commandement de la crise et auprès des proches des passagers et membres d'équipage. A sa sortie, le chef de l'Etat a indiqué leur avoir tenu un langage de vérité, estimant que "les chances de retrouver des survivants étaient infimes".

Dans son silence dû à l'attente d'informations sur l'accident, Air France insiste sur le fait que la priorité res... Lire la suite sur LEXPRESS.fr

 

Publié dans informations

Commenter cet article

Stephdu30 04/06/2009 08:26

que c'est triste

bout de chou 04/06/2009 12:18



je ne sais pas si tu as entendu ca
un couple ne prenait jamais le même avion pour ne pas laisser les enfants un jour en cas de problèmes
et bien c est le père qui a disparu
je crois qu ilq avaient bien reflechis aux consequences



LA+DECO+DE+BEA 03/06/2009 08:42

Quel drame quel malheur et horeur pour ces familles je suis de tout coeur avec eux , merci de ce petit rapel et cet honeur que tu leur fais Bisous Béa

bout de chou 03/06/2009 13:18



ouaih
et tu imagines le choc aussi pour ceux qui auraient du etre dans l avion mais qu un imprevu a garde a rio!!!!!!!!!!



Sylvain.ectac 02/06/2009 17:13

No Comments...

bout de chou 03/06/2009 13:19



sal week end tout de meme
entre ca et karine ruby